J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Manger mieux pour vivre mieux

Manger mieux pour vivre mieux

Contexte

La dénutrition est fréquente chez les personnes âgées et on estime que 1 à 8 % de la population est concernée. L’isolement, la perte d’autonomie, les troubles digestifs, les maladies chroniques sont des facteurs déclenchant ou aggravant la dénutrition. L’analyse des besoins sociaux a mis en évidence le constat suivant, à savoir que la nourriture des personnes âgées est de moins en moins équilibrée et ne tient pas compte des pathologies développées lors de la vieillesse. Le besoin repéré est le maintien d’un équilibre alimentaire pour la personne dans son quotidien. Il a été suggéré de proposer un outil facile et simple d’appréhension pour la personne afin de maintenir un équilibre alimentaire.

Il existe des réponses en termes de campagne nationale avec des tracts et plaquettes, mais ce public ne se déplace pas beaucoup et est souvent assisté dans son quotidien. Il était donc nécessaire de le rendre acteur de son alimentation et de son équilibre, sans pour autant développer des moyens supplémentaires d’assistanat.

Description / Fonctionnement de l'action

Le développement de l’information sur l’équilibre alimentaire auprès des personnes âgées se traduit par la mise en place de conférences interactives dans les 11 communes du Pays de Vendôme. Ces conférences permettent de :
- développer une approche de l’équilibre alimentaire journalier de façon originale et conviviale,
- communiquer des recommandations nutritionnelles,
- redonner le goût de s’alimenter aux personnes âgées et seules,
- créer du lien entre les habitants d’une même commune et les professionnels,
- travailler en cohérence avec les besoins des usagers et la réalité du terrain.La première conférence s’est déroulée à « La Ville aux Clercs ». Les personnes âgées de cette commune ont été conviées à une conférence d’une après-midi, suivie d’un goûter. La conférence était animée par un professionnel de la nutrition et avec le déroulement suivant : 
- Conférence débat sur l’équilibre alimentaire, animée par une diététicienne à l’aide de supports simples et ludiques.
- Remise à chaque participant d’un outil sous forme de pyramide servant de référence pour calculer les besoins alimentaires quotidiens ainsi que d’un tableau magnétique rapellant les différents aliments à consommer chaque jour. Les personnes âgées peuvent coller ce tableau sur leur frigo et cocher à chaque repas les aliments mangés pour vérifier l’équilibre de leurs repas.
- Temps dédié aux questions et réponses
- Ateliers thématiques sur l’équilibre, la prévention des chutes, le dépistage audition et vision.
- Collation puis remise d’une enquête de satisfaction.
A l’issue de cette après-midi d’information, les participants ont été invités à laisser leurs coordonnées pour pouvoir être contactés. Le mois suivant la conférence, il sont recontactés afin de mesurer les points forts et les points faibles rencontrés lors de l’utilisation de la pyramide qui leur a été distribué et d’aborder l’intérêt du tableau au quotidien.

Bilan

Le nombre de participants aux conférences est en augmentation. L’implication des usagers est également de plus en plus importante : les participants sont plus concentrés lors des débats et posent de plus en plus de questions. Les nombreuses interventions ont permis de chasser beaucoup d’idées reçues. Bien que ces conférences soient assez récentes, les retours des participants quant à leur intérêt et leur impact sur les comportements alimentaires sont très encourageants.

Moyens

Budget : 22 543 euros dont 4 543 pris en charge par le CIAS, 7 000 euros du Groupement Régional de Santé Publique, 8 000 euros de la CNSA et 3 000 euros de la CRAM.

Les partenaires

Partenaires opérationnels

Le référent du programme national nutrition santé, la Mutualité Française du Loir et Cher et EPGV(éducation, prévention et gym volontaire), l’Association Départementale d’Education pour la Santé.

Ils financent l'action

Le Groupement Régional de Santé Publique, la CNSA, la CRAM

Les observations du CCAS/CIAS

Cette démarche a permis au CIAS de s’impliquer dans une campagne de santé publique. Le mode de communication auprès des personnes âgées a été sélectionné par rapport à leurs habitudes et permet de lutter contre l’isolement en favorisant les échanges et la convivialité entre ainés d’une même commune. Cette expérience menée auprès des personnes agées est facilement transposable à d’autres catégories de personnes notamment les jeunes scolaires, collégiens et lycéens.

Photo : Wikimedia Commons / Enudde

Retour en haut de page