J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Parcours femmes

Parcours femmes

La violence conjugale est un problème de société majeur qui touche toutes les catégories sociales et toutes les cultures. Les études évaluent à 10% les femmes victimes de violence.

Le Centre Communal d’Action Sociale de la Ville de Nice a souhaité répondre à des besoins, en créant des structures spécifiques pour les femmes en situation de précarité ou victimes de violence.

Contexte

Dans le département des Alpes-Maritimes, un nombre important de femmes en situation de précarité et/ou victimes de violences.

Sur ce territoire, les femmes représentent 40% des personnes hébergées au sein des structures d’hébergement, la moitié pour cause de violences conjugales ou familiales. Le département des Alpes-Maritimes reste l’un des plus touchés par le phénomène. 18% des femmes sont isolées.

L’observatoire communal des violences conjugales, dont les missions visent à améliorer la connaissance des violences faites aux femmes et les besoins spécifiques en matière de prise en charge, permet également de mieux identifier les différentes structures dédiées à ce public et de développer un travail en réseau.

Face à ces constats, le CCAS de Nice s’investit, depuis plusieurs années, dans des actions complémentaires d’accueil et d’hébergement de femmes en grande difficultés. Il souhaite apporter une réponse d’hébergement et un accompagnement spécifique aux femmes en fragilité sociale et/ou psychologique et aux familles monoparentales en situation d’exclusion familiale et sociale.

L’intégration du Centre d’Accueil de Jour l’Abri Côtier précédemment géré par la ville de Nice depuis le 1er juillet 2018, au sein des services du CCAS, s’inscrit dans ce sens.

Par ailleurs, il est apparu nécessaire de développer une culture commune de travail sur la base de compétences transversales aux différents sites accueillant des femmes, afin de développer une expertise commune et mieux répondre aux besoins des usagers.

La mise en place d’un parcours femmes au sein du Service des Accueils et Logements Adaptés souhaite répondre à ce besoin.

Description / Fonctionnement de l'action

La mise en place d’un parcours femmes au sein du service des accueils et logements adaptés répond à un besoin de développer une culture commune de travail sur la base de compétences transversales aux différents sites accueillant des femmes. Afin de développer une expertise commune et mieux répondre aux besoins des usagers.

L’objectif est :

  • de conduire et d’animer ce projet en transversalité sur les différents sites et en partenariat
  • d’informer et former les équipes sur les textes, cadre législatif, méthodologie
  • d’impliquer et mobiliser les équipes autour de problématiques communes
  • de développer des pôles de compétences transversaux par thématiques communes avec des binômes référents de pôle (travailleurs sociaux/ psychologue).

Les pôles de compétences ont pour mission d’analyser les problématiques rencontrées dans les sites et font des propositions de travail qui sont utiles à tous les sites concernés comme socle commun de compétences. 6 thématiques : psy/santé, juridique, insertion, logement, expression des usagers et actions collectives, parentalité.

Le Parcours femmes compte plusieurs structures :

  • L’accueil de jour Abri Côtier : créé en mars 2013, c’est un service de proximité destiné à l’accueil des femmes majeures victimes de violences conjugales. Ce lieu sécurisé a pour vocation de leur offrir un temps de pause, de soutien et d’accompagnement dans les démarches. Jusqu’au 1er juillet 2018, l’Abri Côtier dépendait de la Direction de l’Action Sociale et du Handicap de la Ville de Nice.
  • Le Centre d’Accueil et d’hébergement pour Femmes Victimes de Violences de statut CHRS : créée en 2008, cette structure, d’une capacité de 17 places, permet l’accueil, l’hébergement et l’accompagnement social de femmes victimes de violences, accompagnées éventuellement de leurs enfants.
  • Le Centre d’Accueil et de Stabilisation pour Femmes « La Maison du Cœur » de statut CHRS : créée en 2013, cette structure, d’une capacité de 14 places, permet l’accueil, l’hébergement et l’accompagnement social de femmes en situation de grande précarité, isolées et sans enfant à charge.
  • La Résidence Sociale Sainte Catherine : ouverte en 2018, cette structure est destinée aux femmes en difficultés sociales et/ou victimes de violences. Elle permet l’hébergement et l’accompagnement social et/ou psychologique, pour une durée de 18 mois, de 20 femmes et 27 enfants. L’objectif de cette structure est de favoriser leur autonomie en vue d’accéder à un logement autonome.
  • Des appartements de transit : une convention tripartite avec l’Association Saint-Vincent de Paul, le C.C.A.S. et la ville de Nice a permis l’obtention de 2 appartements de transit pouvant accueillir des femmes victimes de violences et leurs enfants repérés par le Centre d’Accueil de Jour.

Une Convention d’intermédiation locative a été conclue avec le bailleur social Nouveau Logis Azur afin de faciliter l’accès au logement des femmes victimes de violences. Par convention, le CCAS de Nice et le Nouveau Logis Azur ont mis en place un partenariat afin de favoriser, plus particulièrement, le relogement des femmes victimes de violences. L’objectif est de permettre à ces femmes d’accéder à un logement autonome et de sortir des dispositifs d’hébergements.

Bilan

2017 en chiffres

Le centre d’accueil de jour Abri Côtier a accueilli : 261 femmes et 234 enfants. 17 informations préoccupantes ont été formalisées. 664 entretiens sociaux ont été réalisés.

Le centre d’accueil et de stabilisation pour femmes la maison du cœur a reçu 21 personnes. Et 2712 interventions sociales ont été réalisées (entretiens sociaux, accompagnement social vers les différents champs de l’insertion santé, emploi, logement, juridique, démarches administratives..).

Le Centre d’Accueil et d’Hébergement pour Femmes Victimes de Violences a accueilli 32 personnes. 3544 interventions sociales ont été réalisées.

Dans les appartements de transit, 8 familles ont pu en bénéficier.

La collaboration avec Nouveau logis Azur a été très satisfaisante. Pour les années 2017/2018, 9 logements en intermédiation locative sous forme de baux glissants ont été proposés au CCAS.

Moyens

Moyens humains

Chaque structure dispose de ses moyens humains : travailleurs sociaux, psychologues, veilleurs de nuit, agents d’entretien.
La responsable « Parcours femmes » assure la coordination entre les différentes structures et impulse les projets communs.

Les partenaires

Partenaires opérationnels

Ville de Nice, Conseil départemental (ASEF, PMI...), secteur associatif en lien avec l’insertion, le logement, les femmes, les gestionnaires d’établissements, les bailleurs privés et publics, Réseau parentalité, justice, CDAD.

Ils financent l'action

Chaque structure est financée selon son statut.

Les observations du CCAS/CIAS

Le phénomène de violences faites aux femmes au sein du couple est douloureux et destructeur pour les personnes qui en sont victimes. Ceci doit être traité comme un véritable problème public et non comme une simple question d’ordre privé. Il convient donc de proposer des moyens permettant aux femmes de reconquérir leur dignité et de revenir à une vie normale. Nous souhaitons mettre un focus sur cette dernière thématique notamment, concernant le public spécifique accueilli au sein de nos services à savoir les enfants exposés aux violences conjugales.

En effet, dans le cadre du 5eme plan de lutte contre les violences faites au femmes et le schéma départemental qui met en avant l’importance de la prise en charge des enfants exposés. Mais aussi la loi du 3 août 2018 qui renforce les peines encourues par les auteurs de violence en présence des enfants exposés et par voie de conséquence victimes, il apparait central de formaliser des pratiques adaptés à ce cadre légal en partenariat avec les services de protection de l’enfance et le secteur associatif (CIDFF, Réseau parentalité…).

Photo : Wikimedia Commons / Tobi 87

Retour en haut de page