J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Prévention santé : action de mobilisation contre le SIDA et les Maladies Sexuellement Transmissibles

Prévention santé : action de mobilisation contre le SIDA et les Maladies (...)

Contexte

En 2002, il a été décidé par la municipalité de Vigneux sur Seine de mettre en place un dispositif à long terme de mobilisation contre le SIDA et les MST. Aussi, l’action est quotidienne à l’accueil du CCAS et rythmée également par une semaine de mobilisation en juin et une autre en décembre. Par ailleurs, des articles réguliers ont été diffusés dans le journal municipal sur la prévention SIDA et pour une meilleure acceptation des personnes séropositives.

Depuis, ce dispositif a été renforcé par :
- une action quotidienne en matière de prévention santé,
- une action ponctuelle par le biais de l’accompagnement et du suivi de la demande des administrés hébergés en appartements relais,
- une action de sensiblisation en juin,
- une autre action de sensibilisation en période hivernale.

Description / Fonctionnement de l'action

La démarche quotidienne mise en place par le CCAS consiste à distribuer des préservatifs masculins et féminins mis gratuitement à dispostif du public qui fréquente le CCAS, soit 18 550 préservatifs.

Une démarche d’accompagnement social est effectuée selon la demande de l’association SOS Habitat et Soins ou auprès de personnes malades qui habitent les appartements relais mis en place par la commune.
Avant l’été 2006, le CCAS s’est fortement impliqué pendant la semaine de mobilisation qui a eu lieu du 5 au 9 juin 2006, autour de diverses activités organisées dans différents points de la ville :
- apposition d’affiches de prévention durant toute la semaine au CCAS,
- installation de calicots sur le bâtiment du CCAS et mise à disposition de préservatifs masculins et féminins.

Le 8 juin a été une journée « phare » avec la participation du CCAS à :
- l’action de distribution de dépliants de prévention et des préservatifs aux usagers de la SNCF, à la gare de Vigneux-sur-Seine,
- l’organisation d’une rencontre des vigneusiens avec l’actrice Charlotte Valandrey,
- un lâcher de ballons sur le parvis de l’Hôtel de Ville et sur le parvis de la gare en hommage aux 2 000 enfants contaminés quotidiennement.

Bilan

Points positifs :
L’action est faite à destination de tout public, en particulier en situation de précarité. C’est une action de prévention en matière de santé publique. Cette démarche a permis au CCAS de se faire répérer et reconnaître par les administrés comme lieu de prévention santé. L’action, portée par des travailleurs sociaux formés et sensibilisés pour ce combat pour la vie et identifiés comme agents de prévention, a d’ailleurs permis une forte mobilisation du personnel du CCAS.
La démarche à caractère collectif impliquant des services internes et externes de la Ville permet une reconnaissance de ses structures. Tous ses atouts ont permis au CCAS d’avoir une reconnaissance pour cette action.

En 2006, l’action a lieu à l’échelon communal avec pour seul partenaire financier la commune. En 2007, l’action a été portée par la communauté d’agglomération Sénart Val de Seine qui réunit les villes de Draveil, Vigneux-sur-Seine et Montgeron. L’action s’est déroulée le 27 juin sur la commune de Vigneux-sur-Seine.
Difficultés rencontrées :
Pendant la semaine de mobilisation de juin 2006 : pas de possiblité par manque de médecin, d’impliquer le Centre Départemental de Prévention de Santé de Juvisy (CDPS) qui, chaque année intervient avec un bus de dépistage anonyme et gratuit à la gare de la commune.
Des moyens financiers plus importants seraient appréciables.

Moyens

Moyens humains :
Un agent d’accueil du CCAS qui se charge de remplir au fur et à mesure la corbeille des préservatifs mis gratuitement à la disposition des administrés.
Confection des rubans rouges par les résidents de l’établissement pour personnes âgées et installation de calicots dans toute la ville.
Implication de tout le personnel du CCAS qui arbore un ruban rouge pendant toute la semaine.

Moyens financiers :
Budget du CCAS en 2006 : 2 000 euros et 24 680 euros (budget santé subvention Ville).
Au total : 18 300 préservatifs masculins et 250 préservatifs féminins.

Les partenaires

Partenaires opérationnels

Ville et ses services santé, jeunesse, communication dans le cadre des semaines de mobilisation, foyer-logement, centre social l’Amandier, la bibliothèque, association SOS Habitat et Soins (association des élus contre le SIDA, associaton AIDES, Centres Régionaux et d’Information du SIDA.

Ils financent l'action

Ville.

Les observations du CCAS/CIAS

Les statistiques nationales montrent que plus 50% des personnes qui entrent dans la maladie SIDA ne connaissent pas leur sérologie. De plus, il est à noter que la moitié des cas de SIDA en France est concentrée en région Ile de France.

Il existe 100 000 à 150 000 séropositifs en France et 1 sur 10 000 développent le virus du SIDA. 38,77 millions d’euros ont été consacrés à la lutte contre le VIH en 2005.
En 1995, 95 millions de préservatifs ont été achetés contre 85 millions en 2004.

Le CCAS mène depuis 5 ans cette action :

  • il est aujourd’hui bien repéré par le public comme lieu de prévention contre le SIDA.
  • cette prévention touche un public en grande précarité et lorsque la maladie vient à la rencontre des pauvretés, les inégalités sociales s’accroissent et engendrent des difficultés plus grandes,
  • le CCAS mobilise plusieurs partenaires locaux au sein de cette action. Le suivi et l’accompagnement de certains malades permettent de rechercher des solutions à d’autres difficultés sociales repérées.
  • la demande de préservatifs s’accroît. La maladie peut toucher tout le monde. La prévention doit être menée partout. Il est important que les autres CCAS s’inspirent de cette expérience afin que nous puissions mener ensemble ce combat pour la vie.

Photo : Wikimedia Commons / Cyrilb1881

Retour en haut de page