J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Soutien et supervision psychologique des aides à domicile et de l’équipe encadrante et administrative

Soutien et supervision psychologique des aides à domicile et de l'équipe (...)

Contexte

Le service d’aide à domicile est géré au sein du service personnes âgées avec la coordination gérontologique du foyer logement .
Présentation du service :
- 34 postes d’aides à domicile dont 11 postes à 80 % et 23 à 100 %,
- 15 agents diplômés du DEAVS sur les 34 (acquis par VAE),
- informatisation du service depuis le 1er janvier 2006 (logiciel MILLESIME),
- agrément qualité depuis le 11 août 2007,
- public visé : personnes âgées suresnoises de plus de 60 ans en GIR 1 à 6. 
- interventions du lundi au dimanche (8h -19h30 en semaine, 8h30 -18h30 le samedi et 9h -16h le dimanche, interventions le week-end et en soirée pour les personnes bénéficiant de l’APA),
- prestation : le service d’aide et accompagnement à domicile assure auprès des personnes ou à partir de leur domicile des prestations de services ménagers et des prestations d’aide aux gestes essentiels de la vie quotidienne (hors ceux réalisés, sur prescription médicale, par les services de soins infirmiers à domicile), soit : entretien du logement, aide à l’alimentation et aux courses, aide à l’hygiène quotidienne excepté les toilettes sur prescription médicale, le soutien à la participation aux activités sociales et aux loisirs, l’accompagnement aux déplacements et aux démarches administratives.

Ces prestations s’inscrivent dans un projet individualisé d’aide et d’accompagnement élaboré à partir d’une évaluation globale des besoins de la personne.
- heures d’intervention : 32 763 en 2011, 34 626 en 2010, et 36 610 en 2009
- volonté du service de se positionner sur la prise en charge de la dépendance
- positionnement stratégique par rapport à la concurrence locale, par rapport à l’évolution des besoins des personnes âgées et par rapport à l’évolution des financements des prises en charge,
- volonté du service d’améliorer la motivation des agents avec un travail sur le sens des actions et sur l’identité professionnelle, afin de valoriser les compétences, d’améliorer les conditions de travail, d’atténuer l’absentéisme, d’atteindre de nouveaux bénéficiaires.Perspectives du service : 
- mise en place de la télégestion en 2012, 
- renouvellement de l’agrément qualité en août 2012 (évaluations interne et externe réalisées en 2011), 
- former tout le service au travail par objectifs selon le projet de vie des bénéficiaires. Le relais sera pris par la psychologue pour ancrer les acquis dans la pratique ainsi que par l’encadrement.

Description / Fonctionnement de l'action

L’intervention de la psychologue est organisée en séances de 2 heures, à raison d’une séance par mois. Les aides à domicile sont réparties en trois groupes d’environ dix personnes et l’équipe administrative est constituée de 2 agents instructeurs et de la responsable de secteur. Lors de ces réunions les échanges sont libres, guidés néanmoins par la psychologue selon les règles inhérentes à sa profession (protection de la sphère privée notamment).
La psychologue peut également traiter des thèmes spécifiques.
De plus, il a été mis en place, dans le cadre de l’outil Intranet de la Ville, un espace dématérialisé dédié aux aides à domicile dans lequel le service leur propose des articles professionnels.
La psychologue peut donc approfondir l’exploitation de ces documents en séance avec les aides à domicile ou l’équipe, selon son choix.
La présence des agents en réunion avec la psychologue est obligatoire mais ils ne sont pas tenus d’y contribuer oralement s’ils ne le souhaitent pas.

Les thèmes traités par la psychologue sont principalement :
- les aspects relationnels aidant / aidé,
- les notions sur les pathologies et psychopathologies liées à la vieillesse,
- la posture professionnelle / respect du cadre professionnel.Il est convenu entre la collectivité et la psychologue qu’elle fasse part à son cadre référent d’éventuels dysfonctionnements organisationnels repérés lors des séances avec les agents pour permettre aux services d’améliorer leur organisation, cela dans le respect de la confidentialité des échanges. Les réunions ont lieu dans les locaux du service personnes âgées. Le temps passé avec la psychologue, collectivement ou individuellement, est compté comme du temps de travail.

Chaque agent est également libre de solliciter en suivi individuel la psychologue, sans aucun engagement de durée.
Ces entretiens se déroulent en toute confidentialité et les agents peuvent joindre directement la psychologue.

Bilan

Points positifs :
- satisfaction exprimée par les aides à domicile, 
- amélioration du bien être au travail, 
- occasion de rencontre entre collègues alors que la fonction entraîne un certain isolement, 
- permet l’ancrage des bonnes pratiques, 
- facilite la gestion des difficultés grâce à la verbalisation, 
- amélioration de l’identité professionnelle et de l’estime de soi, 
- action qui amène plus de bien-être dans le quotidien des agents et de qualité dans les prestations réalisées.

Point négatif :
Il y a très peu de sollicitations en suivis individuels.

Moyens

Moyens humains :
- 0,3 équivalent temps plein de psychologue,
- l’équipe de 34 aides à domicile.Budget : le coût du dispositif concerne le salaire de la psychologue 7 020 euros / an et le financement des heures passé en soutien pour les 34 agents (816 heures par an pour un total de 15 577 euros).

Les partenaires

Partenaires opérationnels

Aucun

Ils financent l'action

La Ville pour sa subvention annuelle au budget annexe du service d’aide à domicile (montant 2011 : 247 238 euros).

Les observations du CCAS/CIAS

Le meilleur signe de réussite du projet est la satisfaction exprimée par les agents en grande majorité. Ces professionnels n’étaient pas habitués jusqu’alors à la verbalisation de leurs ressentis et au partage de réflexions sur les pratiques et pourtant ils ont largement adhéré au projet.

Les agents sont très participatifs en séance et la psychologue atteste d’une grande richesse des échanges.

Le projet représente un investissement financier du CCAS pour la qualité du service rendu aux usagers et témoigne d’une volonté d’apporter du bien-être aux agents dans une activité professionnelle souvent difficile.

Ce projet mérite d’être valorisé parce qu’il est représentatif de la professionalisation du métier d’aide à domicile et de l’importance que le service public peut accorder à la qualité des prestations aux personnes fragiles.

Photo : Wikimedia Commons / Copyleft

Retour en haut de page